clock menu more-arrow no yes

Filed under:

L'impact de Shea Weber sur les unités spéciales du Canadien

New, comments

Si l'impact sur le jeu à 5 contre 5 de Shea Weber risque d'être moins bon que celui de P.K. Subban, un argument de taille en faveur de Shea Weber pourrait être celui des unités spéciales, ou il pourrait compenser. Estimation des impacts.

Aaron Doster-USA TODAY Sports

Dans mon article précédent, nous avons examiné la baisse de l'efficacité défensive de Shea Weber par rapport à 2012, et les conditions selon lesquelles le Canadien pourrait renverser cette tendance et obtenir de sa part la même efficacité que P.K. Subban.

Nous arrivions à la conclusion qu'il serait pratiquement impossible pour le Canadien de réunir toutes les conditions (âge, partenaire, système) qui permettraient à Weber d'égaler le rendement de Subban, et de là que le Canadien serait presque certainement perdant de l'échange.

Du moins, c'était le cas à cinq contre cinq, et ce n'est pas là toute l'histoire. Si, dans une saison, il se passe beaucoup moins de temps sur les unités spéciales qu'à forces égales, il reste qu'une quantité disproportionnée de buts sont marqués dans ces phases de jeu. Qui plus est, Weber est reconnu pour son expertise dans le jeu de puissance, où son tir foudroyant est considéré, à juste titre, comme l'une des armes les plus efficaces du circuit.

Il semble presque assuré que Weber sera moins efficace que Subban à forces égales dans le contexte du Canadien; mais son efficacité sur les unités spéciales, particulièrement à cinq contre quatre, pourrait-elle compenser, voire plus?

Je propose donc ici d'évaluer, de façon très grossière, quel pourrait être l'impact de l'arrivée de Weber sur les unités spéciales du Canadien. L'exercice que je propose ici n'aura rien de précis. Le but n'est pas de déterminer avec certitude quel sera l'impact du changement des joueurs sur le Canadien; il y a beaucoup trop d'inconnues pour faire une telle détermination.

Cependant, on devrait quand même pouvoir dégager une idée de l'ordre de grandeur que cet impact pourrait avoir. Il y a, après tout, beaucoup moins de temps de jeu à 5 contre 4 qu'à 5 contre 5; cela limite forcément d'ores et déjà l'impact que peut avoir cet aspect sur une saison. De la même manière, la différence entre une unité peu productive comme celle du Canadien et une meilleure unité comme celle des Predators est connue.

Ces quantités devraient donc nous permettre d'estimer quelle différence Weber pourrait faire en comparaison avec Subban, même si on ne peut déterminer avec précision quelle différence il fera. Et surtout de voir si cet impact pourrait pallier une perte d'efficacité à forces égales.

Toutes les données de cet article proviennent de l'indispensable corsica.hockey.

Sans plus attendre, donc, répondons immédiatement à la première, et la plus grosse question.

Quel pourrait être l'impact de Shea Weber sur le jeu de puissance?

Environ deux buts, à l'échelle de la saison.

Mais probablement moins que ça.

Comprenons par là que Shea Weber va assurément marquer personnellement plus de buts que ne l'aurait fait Subban. Il l'a d'ailleurs fait dans deux des trois dernières saisons. Mais si le tir au but est l'aboutissement du processus d'un jeu de puissance, beaucoup de facteurs entrent dans ce processus: entrées de zones, schémas de positionnement, passes, vision du jeu, défense de la ligne bleue (pour empêcher les dégagements), etc. La qualité du tir de Weber ne fait aucun doute pour qui que ce soit, mais sa force dans les autres aspects du jeu est plus difficile à évaluer (c'est aussi le cas de Subban, bien sûr).

Je vous propose donc d'évaluer les performances de chaque équipe lorsque le joueur est sur la glace à 5 contre 4 (on fera abstraction des autres situations, beaucoup plus rares). Question d'avoir un bon échantillon, cette évaluation se fera sur la somme des trois dernières saisons; on joue beaucoup moins à 5 contre 4 qu'à 5 contre 5, après tout.

Et c'est à ce moment que l'idée que Weber peut régler le problème en jeu de puissance du Canadien en prend pour son rhume. On a fait grand cas de la faiblesse du Canadien dans cette phase du jeu, et de la possible culpabilité des joueurs comme Subban dans cet aspect.

Or, il se trouve que le Canadien a plus, en réalité, deux jeux de puissance: l'un quand Subban est sur la glace, l'autre quand il n'y est pas. Le premier marque des buts avec la cadence d'une première unité tout à fait respectable. Le second... pas mal moins. Si on regarde les chiffres de l'équipe, en présence et en l'absence du joueur:


Temps Tirs Tirs/60 Buts Buts/60
Avec Subban 982.05 786 48.02 93 5.68
Sans Subban 408.32 232 34.09 22.00 3.23
Total Canadien 1390.37 1018 43.93 115 4.96

Cette différence est énorme, et elle était particulièrement marquée la saison dernière: à 5 contre 4, le CH a alors marqué 32 buts en présence de Subban (sur 314 minutes)... et seulement 7 dans les 151 minutes passées en son absence. Ramenée à des chiffres par 60 minutes, on parle de 6.11 buts à l'heure avec Subban, et 2.78 sans lui. C'est plus du double! Et la production de tirs suit la production de buts; ce n'est pas simplement une question d'opportunisme.

Et si vous vous posiez la question, la production à 5 contre 4 du Canadien au grand complet a été de 3.57 par heure lors des 12 matches joués après la blessure de Subban. Comme quoi cette phase du jeu n'était pas simplement l'affaire d'Andrei Markov.

Dans le cas de Weber, si le jeu de puissance quand Weber est sur la glace est plus efficace, la différence est beaucoup moins prononcée:


Temps Tirs Tirs/60 Buts Buts/60
Avec Weber 731.88 580 47.55 74 6.07
Sans Weber 632.07 437 41.48 50.00 4.75
Total Predators 1363.95 1017 44.74 124 5.45

On voit très bien que le jeu de puissance des Predators est beaucoup plus productif que celui du Canadien en l'absence de leurs fers de lance respectifs, alors qu'en présence de ceux-ci la différence est beaucoup moindre.

Production à 5 contre 4, en buts/60 minutes de jeu

Production à 5 contre 4, en buts/60 minutes de jeu

Si on se bornait à évaluer la différence entre la présence et l'absence du joueur pour faire notre estimation, Weber sortirait énormément perdant (plus d'un but à l'heure!), mais ce serait là bien plus le fait de l'extraordinaire inefficacité du jeu de puissance du CH en l'absence de Subban que d'une possible différence entre les deux joueurs.

Je propose donc un calcul différent: imaginons que Weber soit effectivement meilleur que Subban et que sa présence permette au CH d'obtenir une production de buts équivalente à celle des Predators lorsque Weber est sur la glace. On fait donc abstraction des différences de tactiques et de talents entre les autres joueurs des deux équipes, ce qui semble favoriser Weber vu les problèmes marqués du Canadien à marquer sans Subban. En quelque sorte, quoi, on transplante la première unité du jeu de puissance des Predators chez le Canadien. Et pour en maximiser l'impact, on la fait jouer autant par saison que Subban l'a fait (ce qui représente une augmentation majeure du temps de jeu de Weber à 5 contre 4).

327.35 (minutes de jeu par saison) x 0.39 (différence de production par heure) / 60 (heures en minutes) = 2.12 buts au total.

Insistons que ce calcul n'a pas vraiment de validité statistique et est purement fait pour illustration. Il ne représente, au mieux, qu'une estimation grossière de l'impact que peut avoir un joueur par rapport un autre. Le but n'est pas d'obtenir un chiffre précis, mais d'illustrer un ordre de grandeur, attribuable à un fait important: il n'y a tout simplement pas énormément de place à l'amélioration pour la première unité du jeu de puissance du Canadien, du moins lorsque Subban est sur celle-ci.

Les problèmes se trouvent principalement sur la deuxième unité, mais ce n'est pas celle-ci à laquelle Weber participera. Son impact sur le réel problème du jeu de puissance s'en trouvera donc forcément limité.

D'ailleurs, ce calcul favorise probablement Weber, car il assume que Subban n'est pas affecté par les déboires du Canadien en jeu de puissance. Il n'est pas ridicule de penser que dans un meilleur environnement, Subban aurait un impact plus grand.

Et Kirk Muller?

Est-ce que Kirk Muller pourrait changer la donne? Ça ne fait guère de doute. Les jeux de puissance sont beaucoup une affaire d'entrées de zone et de déplacement de rondelle, donc, de systèmes et de tactiques. Et on a souligné, avec raison, la force des jeux de puissance dirigés par Kirk Muller.

Mais si Kirk Muller fait la différence, ce ne sera pas seulement en améliorant la première unité du CH (qui, comme on l'a vu, arrivait tant bien que mal à marquer), mais bien en organisant la deuxième.

Les jeux de puissance dominants de la LNH ont invariablement deux unités efficaces; si Anaheim a terminé la saison dernière au premier rang à ce chapitre, ce n'est pas seulement parce que l'équipe marquait presque 8 buts à l'heure lorsque Cam Fowler était sur la glace, mais aussi parce que lorsqu'il quittait, l'équipe en marquait quand même 6 par heure. Il sera certes très intéressant de voir quelle sera la performance de la deuxième unité du Canadien par rapport à l'an dernier parce que c'est là où l'influence de Muller pourrait se faire sentir de la facon la plus évidente.

Cela dit, Kirk Muller peut-il maximiser le tir foudroyant d'un Shea Weber? Certainement. Mais pourra-t-il le maximiser plus qu'il ne l'aurait fait un joueur polyvalent comme Subban, capable d'entrées de zones et de passe et, oui, d'un tir quand même pas piqué des vers?

N'oublions pas que malgré le contexte tactique presque unanimement décrié par les observateurs, le jeu de puissance demeurait productif lorsque dirigé par Subban. Weber aurait-il été capable de la même production dans pareil contexte? La présence de Muller créera-t-elle un contexte tactique mieux structuré duquel Weber, un joueur plus statique que Subban, pourrait profiter? Est-ce que les tactiques de Muller auraient pu augmenter la productivité de Subban? Plus ou moins que celles de Weber?

Ces questions sont fort intéressantes, mais pour le propos de cet article, le plus important est de faire une distinction: l'impact de Kirk Muller n'est pas intrinsèquement attribuable à Shea Weber. Si le CH améliore de beaucoup son jeu de puissance l'an prochain, ce ne sera pas nécessairement à cause de l'échange. Surtout si c'est la deuxième unité qui prend du mieux.... et elle pourrait difficilement faire pire!

Le désavantage numérique

Faisons rapidement le même exercice pour le 4 contre 5. Weber devrait briller dans cette phase du jeu qui semble convenir à ses forces, non?


Temps Tirs contre Tirs/60 Buts Buts/60
Avec Subban 429.30 283 39.55 30 4.19
Sans Subban 954.32 755 47.47 88 5.53
Total Canadien 1383.62 1038 45.01 118 5.12


Temps Tirs contre Tirs/60 Buts Buts/60
Avec Weber 633.87 502 47.52 58 5.49
Sans Weber 629.00 401 38.25 67 6.39
Total Predators 1262.87 903 42.90 125 5.94

Je l'avoue; quand j'ai vu ces statistiques, j'ai été un peu renversé. On avait, bien sûr, déjà fait grand cas des tirs alloués par Shea Weber à 5 contre 5, ou les problèmes de contexte et son manque d'habileté à faire la transition auraient, intuitivement, le plus d'impact. Mais on voit ici non seulement que Subban est nettement supérieur au reste du Canadien, comme on s'y attendait... mais de voir pareille différence par rapport à Weber est troublant.

Il faut cependant souligner que Subban, malgré sa réputation de témérité, est un joueur exceptionnel en désavantage numérique, où sa capacité à récupérer des rondelles pour ensuite les renvoyer à l'autre bout est vitale.

Il est certes vrai que Weber affronte peut-être plus de premières unités que Subban, et le total des buts contre des Predators est plombé par le fait que Pekka Rinne n'est tout simplement pas aussi bon que Carey Price.

Reste qu'à voir ces chiffres, on serait bien en peine de supposer que de remplacer Subban par Weber favorisera le Canadien en désavantage numérique. Au contraire, il semble bien plus plausible qu'il perde là les (déjà bien hypothétiques) gains qu'il pourrait amener sur le jeu de puissance.

Et ça n'augure rien de bon non plus pour les supposés problèmes de Weber en défensive à forces égales...

Conclusions

Ce qui se dégage surtout de cet exercice, c'est la contribution exceptionnelle de Subban sur les unités spéciales, un rôle ou, de réputation, on aurait supposé voir Weber se démarquer. Or, comme on le voit ici, l'impact de Weber sur les unités spéciales tend vers le négatif: s'il est possible d'espérer une amélioration sur le jeu de puissance, celle-ci sera bien mince parce que Weber viendra remplacer un joueur d'une efficacité déjà similaire. Et si Weber n'est pas inefficace sur le désavantage numérique, il vient remplacer un joueur qui y était carrément exceptionnel.

C'est là tout le noeud du problème: Weber est loin d'être mauvais, à l'échelle de la ligue, mais il remplace un joueur d'exception qu'il ne saurait égaler.

Combiné au fait que le Canadien sera fort en peine d'empêcher une perte d'efficacité à cinq contre cinq en remplaçant Subban par Weber, la conclusion n'augure rien de bon pour l'équipe. Par cette transaction, elle vient d'échanger une mince et hypothétique amélioration sur le jeu de puissance pour une perte d'efficacité marquée dans les autres phases du jeu.

Si la présence d'un Price en santé vient sans doute empêcher une débandade semblable à celle de l'année dernière, on n'en demeure pas moins forcé de conclure que la transaction Subban-Weber, dans l'ensemble, affaiblira presque certainement le Canadien dès la saison prochaine. Il ne restera qu'à voir à quel point, et dans quelle mesure les autres changements pourront ou non compenser.

Combiné à la différence d'âge et de contrats, cette constatation nous force à considérer l'échange comme une bourde majeure, qui ne présente aucun point positif pour l'équipe. Le Canadien perd au change immédiatement, cette différence ira en s'empirant à mesure que les années avanceront et l'équipe sera porteuse d'un lourd contrat auquel Weber deviendra de moins en moins capable de faire justice. Même dans un été qui a contenu un horreur comme Larsson-pour-Hall, il y a fort à parier que le Canadien vienne déjà de conclure la pire transaction de la saison.

Considérant que Bergevin joue son héritage sur cette transaction, il est bien mal parti; on pourrait facilement voir cet échange prendre sa place parmi les pires de l'histoire de l'équipe. Et Bergevin, ou son successeur auront bien de la peine à trouver un joueur qui pourra remplir le trou laissé par Subban. Weber, en tout cas, n'est pas ce joueur.