FanPost

Le Canadien en difficulté

Brad Mills-USA TODAY Sports

Le Canadien a un sérieux problème. On pourrait même affirmer qu'il est en difficulté.

C'est bizarre à dire comme ça, alors que le CH surfe sur une séquence de trois victoires, de 8 matches avec au moins un point, et s'apprête à disputer le premier rang de la conférence aux Bruins de Boston. Mais l'édition actuelle du CH a, par certains côtés, plus en commun avec les tristes années de l'avant-Jacques Martin qu'elle en a avec les éditions du Canadien des dernières années, particulièrement celle de l'an dernier.

J'en viens à cette conclusion en examinant le graphique qui suit, qui représente le cumulatif des buts, tirs et tirs manqués à cinq contre cinq lorsque le score est serré (le "Fenwick Close"). On définit le score serré comme étant soit un score égal, soit un écart d'un but lors des deux premières périodes. Cela représente donc une mesure de comment un club performe à forces égales dans les situations corsées, sans égard aux "effets de score" qui représentent des changements de tactique lorsqu'une équipe cherche à protéger une avance ou combler un retard.

Voici donc le graphique:

Cumulatiffenclose_zps596f03a4_medium

J'ai coupé à 48 matches, en raison du lockout de l'an dernier et du fait que la saison en cours ne compte que 29 matches.

La ligne qui m'inquète, la ligne bleue, est celle de la saison en cours. On voit à quel point elle se détache des trois années précédentes, montrant un rendement bien inférieur à celles-ci à 5 contre 5.

On peut s'étonner de voir la courbe de la saison honnie de 2011-2012, avec Gomez et tout, aussi bien paraître jusqu'au match 21, mais on oublie que lors de cette saison le Canadien était un club dominant à 5 contre 5 en début de saison, mais avait été plombé par un jeu de puissance non seulement incapable d'acheter un but mais aussi très sujet à donner un but à l'adversaire. La plongée à 5 contre 5 de cette année-là n'a commencé que lorsque le Canadien fut rattrapé par ses blessures et exacerbé par le RandyPuck.

La plongée de la ligne de cette saison n'est pas aussi vertigineuse que celle de cette saison 2011-2012, du moins avant les deux dernières volées infligées au Canadien par les Devils du New Jersey. Reste que la courbe est descendante, indiquant que le Canadien fait moins bien que ses adversaires à forces égales, et que le cumulatif est présentement négatif. L'enviable position au classement du CH est due à la force de ses unités spéciales (auxquelles il doit un différentiel de buts de +15) et ses gardiens de buts en état de grâce. Exactement comme durant l'ère Carbonneau, quoi. Ce n'est même pas une éxagération: le Canadien a un "Fenwick Close" de 46.6% depuis le match #15, celui contre le Colorado, une tranche qui représente la moitié de sa saison à date. On se doutait que le Canadien n'était pas lumineux à 5 contre 5, mais personnellement, ça m'a frappé de voir à quel point.

On sait déjà depuis l'ère Carbonneau qu'une telle méthode ne saurait durer (on s'en souviendra en réprimant une grimace). Il y a donc lieu d'appliquer un sérieux coup de barre au jeu à forces égales du Canadien, sans quoi la fiche du club risque fort de commencer à retomber. Il ne faut pas se laisser bercer d'illusion par la performance éclatante de Carey Price; il ne fait que colmater ce qui se passe devant lui.

Qu'est-ce qui provoque un tel revirement par rapport aux années passées? Après tout, le Canadien a sensiblement le même personnel que l'an dernier, et son jeu à 5 contre 5 était alors bien supérieur.

Ah, mais s'il est bien similaire, le personnel n'est pas tout à fait le même, n'est-ce pas?

Cumulatiffenclosedefenseurs_zpsa0c4a4b6_medium

Ce graphique montre la même mesure que le premier (le cumulatif du "Fenwick Close"), mais seulement lorsque chacun des défenseurs du Canadien est sur la glace cette saison. (J'ai omis les joueurs présentement à Hamilton, qui n'ont que peu joué.) Sans surprise, on voit la ligne de Subban tout en haut et celle de Markov qui la suit. Que ceux-ci excellent à 5 contre 5 cette saison n'est pas une nouvelle révélation. Les autres courbes présentent plus d'intérêt.

Tout d'abord, j'attire votre attention sur Josh Gorges, qui se maintient au niveau de Subban, rien de moins, jusqu'aux alentours du match numéro 13 où il commence à fléchir. Similairement Diaz, qui commence à fléchir à environ ce moment-là, bien qu'il se maintienne à plat pendant quelques matches. C'est la ligne de Bouillon qui est la plus saisissante: celui-ci se maintient au-dessus du point neutre jusqu'au match numéro 12, où il se met carrément à couler, suivant presque exactement la nouvelle ligne qui apparaît à ce moment-là.

Cette ligne, c'est bien sûr celle de Douglas Murray. Son introduction dans l'alignement coincide avec le début du fléchissement du CH à 5 contre 5. Lorsque Murray et Bouillon sont sur la glace, avec Bouillon forcé de jouer à droite, le Canadien coule tout simplement, et ce malgré une nette poussée aux mises en jeu. Cela augmente la pression sur la paire Gorges-Diaz, appelée à renflouer les dégâts causés par la troisième paire, ce qu'ils ne parviennent pas complètement à faire. Cette tendance se maintient jusqu'au match 21, qui est celui du retour de Emelin.

On a fait fort du retour d'Emelin comme élément déclencheur d'une séquence heureuse du Canadien. Or, cette séquence n'est visible que dans la fiche de l'équipe. Depuis son retour au jeu, Emelin coule à pic, tout simplement. Et forcé de jouer dans des minutes dures à la droite de Gorges, il entraîne ce deriner vers le fond avec lui. Tout n'est pas noir; sur le graphique, on voit que Diaz, qui se voit alors déplacé sur la troisième paire, commence alors à reprendre du poil de la bête, tirant avec lui un Bouillon qui retrouve le côté gauche, et parvenant même à stabliser Murray. Le Canadien a donc réglé le problème de sa troisième paire, mais le remède est pire que le mal.

Les défenseurs ne sont bien sûr pas les seuls en cause. Blunden et Holland, par exemple, ont compilé un cumulatif de -18 et -15, respectivement, en moins de 25 petites minutes de jeu, représentant certains des pires moments du quatrième trio. (Louis Leblanc est arrivé à rester neutre, ce qui suggère qu'il serait opportun de faire de lui le prochain rappel en cas de besoin.) La grande acquisition de Bergevin de cet été, Daniel Brière, ne fait pas très bonne figure avec -14 en 130 minutes, mais à sa décharge, il fait face à un ratio de mise en jeu offensive de 34.4%; seul Ryan White fait face à une charge plus dure à ce chapitre. Brière ne surpasse pas Ryder et ne représente pas une solution, mais en même temps il n'est pas une cause majeure de problèmes. Quant à Parros, il n'est pas là pour jouer au hockey; il est un détriment à la cause de l'équipe à forces égales, bien sûr, mais la chose est comprise par tous et sa présence dans l'alignement est strictement une question de philosophie, et non de performance. Il va donc sans dire que le coup de barre donné par le Canadien devrait commencer par le banissement de Parros dans la galerie de presse.

Si le groupe d'avants pourrait bénéficier d'une légère réorganisation, le noeud du problème, présentement, semble être le groupe de défenseurs. Le Canadien n'a pas de deuxième paire efficace depuis le retour de Emelin, un problème qu'il a troqué pour celui d'alors, soit la paire Bouillon-Murray qui coulait à pic. En conséquence, le Canadien, souvent très bon à 5 contre 5 ces dernières années, ne l'est tout simplement plus. Depuis le retour de Murray, le CH a un "Fenwick Close" de 47.6%, et depuis celui d'Emelin, de 46.2%. Ce sont des chiffres qu'on pourrait comparer respectivement à ceux des Flames de Calgary et des Oilers d'Edmonton; on voit donc à quel point le problème est sérieux. Le Canadien ne peut se contenter d'espérer de survivre grâce à ses unités spéciales et ses gardiens: la débandade actuelle des Maple Leafs de Toronto, sans parler de la propre expérience du Canadien d'il y a quelques années, illustre le danger d'une telle approche. Price ne pourra tout simplement pas maintenir un taux d'arrêts frisant les .950 éternellement. Le Canadien, s'il espère éviter un sérieux relâchement au classement, se doit donc de résoudre ce problème. Il y a lieu de croire que le personnel en place peut être déployé d'une façon qui pourrait améliorer la situation, mais les pièces dont disposent le Canadien, si prises individuellement sont intéressantes, ne s'imbriquent pas vraiment bien lorsque mises ensemble, et les embauches de cet été n'auront rien fait pour aider le problème.

Le plus simple serait sans doute de revenir à la seconde paire Gorges-Diaz, qui était autrement plus efficace que Gorges-Emelin, et d'espérer que Emelin fasse mieux à la droite de la troisième paire, plus protégée, ou alors qu'il soit plus à l'aise à gauche d'un Bouillon passé à droite. On pourrait également envisager d'intervertir Emelin et Gorges; ce dernier a longtemps joué à droite, notamment avec Markov et Gill, et y semble plus à l'aise. Il reste à espérer qu'Emelin, par un passage à gauche et/ou un rétablissement plus complet de sa blessure, redeviendra un défenseur top-4; présentement, il ne donne guère la valeur voulue par son nouveau contrat. Quant aux jeunes Tinordi et Beaulieu, ils ont généralement mieux fait que Murray, mais sont tous deux gauchers et leur emploi en lieu et place de Bouillon ne règlerait donc pas le manque d'équilibre positionnel.

Tout cela aurait pu être évité. Murray, ostensiblement engagé pour pallier à l'absence de Emelin, n'a pas su répondre à la demande. Cela ne devrait surprendre personne, car sa performance était en chute libre depuis plusieurs années, ce que n'ont pas manqué de souligner les analystes quantitatifs cet été. Murray fait certainement plusieurs choses que les autres défenseurs du Canadien font moins: bloquer des tirs, nettoyer le devant du filet, frapper des adversaires... et pêcher des rondelles dans le fond du filet du Canadien. Mais son embauche est aussi problématique à un autre niveau: il ne répondait pas du tout aux besoin du Canadien. Ce dernier avait besoin d'un défenseur capable de jouer efficacement à 5 contre 5, particulièrement du côté droit. Outre le besoin de trouver un joueur tout simplement meilleur, le Canadien aurait été mieux servi par l'embauche d'un droitier, et si on peut en revenir sempiternellement à la disponibilité de Tom Gilbert pour une pitance ("Fenwick Close" cumulatif de -3 sur la première paire des médiocres Panthères de la Floride), il n'était pas le seul défenseur droitier disponible. Murray, quant à lui, n'aurait simplement pas dû se trouver sur la liste; les discussions qui se demandent s'il n'est pas le pire défenseur de la ligue ne sont pas sans base. Therrien peut masquer cette carence en limitant son temps de glace et en lui préférant Bouillon, plus efficace.

Le DG devra peut-être agir judicieusement pour colmater la brèche. La bonne nouvelle est qu'il n'est nul besoin d'obtenir un joueur étoile ou même un joueur d'impact. Olivier a fait la démonstration que c'est la qualité de la profondeur qui distingue les bonnes équipes, et c'est ce qui manque ici au Canadien. Si Gorges-Diaz forment une seconde paire acceptable et Markov-Subban une excellente première paire, il lui suffit donc de trouver un bon 5ème, voire 6ème défenseur capable d'évoluer à droite. Celui-ci pourra alors pousser à la fois Bouillon et Murray dans la galerie de presse et évoluer avec Emelin au sein d'une troisième paire somme toute impressionante. Une piste de solution permanente pourrait donc être l'acquisition du défenseur droitier dont le Canadien avait besoin au départ.

En attendant les solutions, malgré sa séquence heureuse, le Canadien est dans le pétrin et les choses ne pourront tenir longtemps sans changement.

Articles récÉnts en français sur EOTP

Fanpost content is created by members of the community and is not published by the authors, editors, or manager of Eyes on the Prize.

X
Log In Sign Up

forgot?
Log In Sign Up

Forgot password?

We'll email you a reset link.

If you signed up using a 3rd party account like Facebook or Twitter, please login with it instead.

Forgot password?

Try another email?

Almost done,

Join Eyes On The Prize

You must be a member of Eyes On The Prize to participate.

We have our own Community Guidelines at Eyes On The Prize. You should read them.

Join Eyes On The Prize

You must be a member of Eyes On The Prize to participate.

We have our own Community Guidelines at Eyes On The Prize. You should read them.

Spinner

Authenticating

Great!

Choose an available username to complete sign up.

In order to provide our users with a better overall experience, we ask for more information from Facebook when using it to login so that we can learn more about our audience and provide you with the best possible experience. We do not store specific user data and the sharing of it is not required to login with Facebook.

tracking_pixel_9355_tracker