Retour sur le match Canadiens vs Sabres

Jen Fuller

Ça n'était pas les Penguins, mais ces deux points ne devaient pas leur échapper.

Ce match devait absolument être remporté, mission accomplie. Après avoir poussé la machine jusqu'au filet de Desharnais, le CH s'est ensuite tranquillement retranché sur ses positions, jouant de prudence. Je ne sais pas si j'ai la berlue, mais le CH me semble avoir une nouvelle façon de jouer "conservateur". Alors que les éditions passées cessaient tout échec avant pour tenter de bloquer la zone neutre à 5 joueurs, l'édition actuelle continue à faire pression avec deux, parfois même trois attaquants en zone offensive. Ce sont les défenseurs qui, en mode protection, deviennent beaucoup plus prudents. On ne les voit plus "pincher" sur les séquences en zone offensive et ils concèdent beaucoup plus d'espace en zone neutre. On voit l'effet de cette manoeuvre dans l'explosion des entrées de zone concédées à l'adversaire au cours des trois périodes. Après n'en avoir concédé que deux en 15 minutes de jeu en première, le CH en a donné 9 en deuxième et 11 en troisième.

Par ailleurs, c'est un de ces matchs ou la pression en zone adverse ne se réalisait pas ou peu en chances de marquer. C'est plutôt par la discipline que le CH a assommé les Sabres. D'abord en générant plus d'avantages numériques, puis aussi par leur approche du jeu de puissance. Le Canadien a en effet rapidement pris acte du choix tactique des Sabres, collant les excellents Ott et Stafford à la couverture de Subban à la pointe. On a donc vu un jeu de puissance patient, multipliant les échanges en triangle, construisant patiemment un espace derrière les joueurs couvrant le #76. Le but de Desharnais découle de ce sursaut des Sabres cherchant à couvrir cet espace soudainement ressenti comme une plaie dans leur carré défensif. Sur le but de Gallagher, ils n'ont pas vu l'ouverture se faire et le petit #11 y est allé d'un superbe tir sur réception.

  • Plekanec a partagé son temps entre les trios de Ott et Hodgson. Ott était des mises en zone du CH, Hodgson de celle près de Ryan Miller. Avantage territorial net pour Plekanec et Gionta, avec encore une fois Moen à leurs côtés pour finir le boulot.
  • Sur la seule impression visuelle, Eller m'a semblé fort en verve, contrôlant la rondelle dans les trois zones et multipliant les revirements causés en zone offensive, et sa passe sur le but de Markov / Galchenyuk n'était pas que savante, elle était magnifique. Les chiffres sont plus cruels, les quelques séquences passées par son trio près de Price peignent le tout en rouge. Prust, notamment, m'a semblé souvent brouillon et Galchenyuk est un peu flou. Faut le dire, Therrien ne les gâte plus aux mises en jeu. C'est une adaptation nécessaire.
  • Le match a commencé un peu croche pour Desharnais, mais au total son trio a tiré son épingle du jeu. Je note 8 entrées en possession de rondelle par Desharnais et on ne peut passer sous silence les deux buts de ce trio en avantage numérique.
  • Ted Nolan semblait en fait ne pas se soucier outre mesure des zones de mises en jeu, cherchant plutôt à opposer son trio des jeunes (Grigorenko, Girgensons [Zemgus de son petit nom] et Adam) à la 4e ligne du CH. White, Moen et Bournival forment un formidable 4e trio et ils l'ont prouvé ce soir, éviscérant complètement les pauvres recrues de Buffalo.
  • Remarquable performance de Subban et Markov, absolument remarquable. Subban qui fait le jars avec la rondelle en fin de deuxième et ouvre la porte au but de Moulson ne change absolument rien à tout ça, ce fut d'ailleurs la seule chance de marquer concédée aux Sabres à forces égales par ce merveilleux duo. Sérieux, faut remonter aux années 70 pour trouver leur équivalent? Aux années 80? Est-ce que Chelios et Big Bird ont joué ensemble?
  • Gorges et Emelin ont encore éprouvé quelques difficultés, se faisant visser à quelques reprises dans leur zone avec le trio d'Eller. Mais le gros Emelin trouve tranquillement ses marques, au grand dam de Matt Moulson, qui a bien failli y laisser sa peau.
  • Protégés aux mises en jeu et jouant contre le trio des jeunes de Buffalo, Murray et Diaz ont quand même eu bien des misères. On a dit bien des méchancetés sur Bouillon, mais c'est en grande partie parce qu'on lui a demandé de jouer à droite, ce qu'il ne sait pas faire, et parce qu'on compare son jeu à celui de Markov et Subban en avantage numérique. Bouillon, donc, est comme, défenseur gaucher, plusieurs encablures devant Murray, la chose est plus que jamais évidente.


X
Log In Sign Up

forgot?
Log In Sign Up

Forgot password?

We'll email you a reset link.

If you signed up using a 3rd party account like Facebook or Twitter, please login with it instead.

Forgot password?

Try another email?

Almost done,

Join Eyes On The Prize

You must be a member of Eyes On The Prize to participate.

We have our own Community Guidelines at Eyes On The Prize. You should read them.

Join Eyes On The Prize

You must be a member of Eyes On The Prize to participate.

We have our own Community Guidelines at Eyes On The Prize. You should read them.

Spinner.vc97ec6e

Authenticating

Great!

Choose an available username to complete sign up.

In order to provide our users with a better overall experience, we ask for more information from Facebook when using it to login so that we can learn more about our audience and provide you with the best possible experience. We do not store specific user data and the sharing of it is not required to login with Facebook.

tracking_pixel_9355_tracker